• Le CERN se veut un modèle de laboratoire scientifique respectueux de l’environnement (transparence, responsabilité, durabilité). Toutes les actions en lien avec le FCC suivront ces mêmes engagements. Celles menées dans la zone locale respecteront les règles environnementales applicables en France et en Suisse (faune, flore, qualité du sol arable, qualité de l’air, ressources en eau, biodiversité, bruit, poussières, pollution lumineuse notamment), mais aussi les infrastructures existantes ou programmées par les territoires.
  • Application systématique du principe « éviter-réduire-compenser » (ERC).

Cette réponse vous a été utile?

Réutiliser les matériaux excavés lors du creusement du tunnel : la quantité totale des matériaux excavés est estimée à 6,3 millions de m3 en volume ou environ 16 millions de tonnes pour les sept années de la durée du chantier. Le CERN développe actuellement des programmes de recherche afin de valoriser au maximum, et de préférence localement, les matériaux qui seraient extraits du sous-sol.

Une stratégie pour la gestion des matériaux est en train d’être développée avec des acteurs des États hôtes, des universités et des entreprises compétentes en la matière.

Les matériaux qui seront caractérisés par des anomalies géogéniques seront traités localement sur les sites d’extraction. Aujourd’hui on estime qu’environ 15% des matériaux excavés font partie de cette catégorie. Les matériaux qui ne peuvent pas être utilisés seront transportés en centres de traitement et dépôt spécialisés (appellés ISDND en France). Les autres matériaux peuvent être utilisés pour les remblais des carrières et pour la production du ciment.

Des 85 % des autres matériaux, 10 à 20 % peuvent être utilisés pour la production du ciment et du béton. Aujourd’hui environ 40 % sont envisagés pour les remblais des carrières. Environ 30 % sont envisagés pour des applications dans l’agriculture, sylviculture et aménagement des terres et des friches. Ce pourcentage peut être augmenté selon les résultats du projet de démonstration dans les 5 ans à venir. Environ 10 % seraient prévus pour d’autres filières de valorisation (matériaux de construction, aménagement des friches, des chemins ruraux, création des tranchés couverts). 10 % seront mis en ISDI. Il est important de noter que ce scénario est une hypothèse de travail qui sera développée en fonction des investigations en sous-sol et des résultats des différents essais et développement techniques.

Le but est de réutiliser les matériaux localement autant que possible afin de limiter les nuisances et le stockage des matériaux.

Cette optique est conforme au plan d’action de l’Union européenne pour l’économie circulaire et répond aux bonnes pratiques adoptées par les deux États hôtes du CERN (la France et la Suisse).

La quantité des matériaux excavés est, soit environ 16 millions de tonnes, inférieure à celle des autres grands projets de tunnels : 37 millions de tonnes pour le Lyon-Turin, 28,2 millions pour Saint-Gothard, 43 millions pour le Grand Paris express, 130 millions pour le High Speed 2, ou encore 40 millions pour Stuttgart 21.

Les matériaux excavés à gérer par année pendant la phase chantier correspondent à moins de 2 % des matériaux qui sont extraits en France chaque année, à 17 % pour ceux de la région Auvergne-Rhône-Alpes ou à 10 % en Suisse romande.

Cette réponse vous a été utile?

• Seuls les huit sites de surface, repartis le long de la circonférence du tunnel, seraient visibles.

• Le tunnel serait souterrain et donc invisible en surface.

• Les 4 sites de surface expérimentaux seront installés sur un terrain d’une surface de 8 hectares maximum, les terrains entourant les 4 sites techniques seront limités à 5 hectares maximum, intégration paysagère incluse.

Cette réponse vous a été utile?